Hollande, leadersheep international

Hollande, leadersheep international 001



Al Assad, campagne de santé publique

Al Assad, campagne de sant+-« publique 001



SuperLibéral4

« La dernière a été très productive, d’ores et déjà prenons notre agenda pour fixer la prochaine réunion », quelle délectation de te l’entendre dire. Je me pâme devant ces moments que je vous fais perdre, où autour d’une table, vous essayez tant bien que mal d’avancer sur des dossiers trop flous, aux tenants et aboutissants inconnus. Ce qui conduit indubitablement à ce que chacun joue sa gamme, quel raffinement dans le non sens et l’hypocrisie. Mais le fin du fin est de te voir gesticuler, comme le taureau dans l’arène, dans la fourmilière de ces multinationales. Dans ces puits sans fond où le  « no-risk » côtoie le « projet-avorté » et le « zéro-concret ».  Comble du comble, même ton pognon n’est pas concret, impossible à palper tu es condamné à l’imaginer derrière les chiffres de ton écran ou sur du métal et des bouts de papier sans valeur. Hop un jour je dis que ça n’a plus de valeur et hop ça n’a plus de valeur !
Mais au soir de tes 45 ans attablé avec tes amis à la même table du même bar lounge, le même battement sourd du même son électro n’a plus le même écho sur ta carcasse. D’habitude il te réconforte, comme une caresse du bon vieux Neo sur ta caboche qui te dis « c’est bien, gentil toutou, je vois que tu me restes fidèle, je suis fier de toi, continue tu es un bon p’tit robot ». Mais ce soir, les pulsations de ton corps sous l’action du pétard et de l’alcool, donne à ces trois notes une sensation de martèlement hurlant à ton cerveau usé « ta vie c’est de la merde »…  Et là tu te rends compte, en regardant dans le rétro, du vide intersidéral que j’ai provoqué dans ta vie. Comme tout arrive ensemble, ta bombe de femme te quittera pour le manager que tu n’as jamais pu être, et tes deux enfants dont tu te ne connais que le prénom t’apprendront qu’ils prennent la nationalité Canadienne ou Australienne. Ainsi ces décennies de burnes out se finissent en burn out. Mais t’inquiète, pour te laisser espérer un prompt rétablissement, ton ami a crée pour toi des sessions de psychologie-teambuildo-coachantes. Une palette qui s’enrichit chaque jour de nouvelles, c’est te dire leurs vertus guérissantes. Ainsi si tout se passe bien, à presque cinquante berges, tu finiras alcoolique puis tu décéderas dans d’affreuses souffrances atroces. Le jour de ton enterrement, alors que tout le monde pleure un peu tard, au premier rang, une place vide. Le grand absent, quelqu’un que t’as pourtant chéri et à qui t’as même voué ta vie, Moi, Neo, hilare.

Neo



SuperLibéral3

Qu’est ce que j’apprends ? Paraît qu’tu veux te barrer de ton clapier à 10000 euros le m2 ? Celui-là même que t’as payé pendant des années à la sueur de ton front ? Tout ça parce que tu veux revenir au terroir et à Dame Nature ? Laisse-moi te pouffer de rire au nez. Mais vas-y mon gars on te retient pas ! Va retrouver ton village qui plafonne à trois habitants et demi l’été, va profiter de ton clocher bien décrépi qui va finir à la benne, va te coltiner un voisin qui te casse les couilles H24 avec sa tondeuse biréacteur. Tu as bien raison, va te faire bien chier avec des gens qui s’font bien chier. Et surtout quitte les grandes villes, où tout le monde s’amuse, où les gens profitent de la vie, où tu as mille endroits où sortir, et préfère l’unique bistrot d’village, cui ci qu’est tout poisseux dégueulasse et qui plafonne à trois clients bourrés… vas-y passe devant et dis bonjour à tes nouveaux amis.
Apparemment donc au 21eme siècle tu crois encore à l’image d’Épinal du monde rural, que là-bas c’est la vraie vie, que là-bas au moins c’est simple parce que là bas les gens vivent de petites choses. Faut vraiment te renseigner mon ami, ces trous du cul bossent comme des chiens, aux mains de machines plus complexes que ton Range toutes options, et comme toi, passent leurs vies devant des ordis pour calculer l’engrais à balancer salement sur leurs parcelles intoxiquées. Et je ne te parle pas du nombre de coups de tractopelle qu’ils font subir à leur décor. Tout ça pour s’agrandir, pour produire ! Et produire vite putain !  Afin d’ajouter trois radis à la soustraction. Concernant les rapports entre ces gens, tu planes encore à 10 mille, les bouseux ne se fréquentent plus depuis bien longtemps. Comme toi ils ont quitté la planète terre pour le monde merveilleux des internets, du portable et de la télé. En fait nan, j’exagère un peu, ils se croisent quand même les samedis aux caisses des temples de la consommation. Une vie binaire pour des bipèdes devenus complètement teubés : écran/achat, écran/achat, écran/achat, écran/achat… Attention ça va gicler. Ça vit par procuration, en s’imaginant qu’un jour leur vie de merde s’arrangera. Et toi t’es exactement le même ! T’imagines que la bas ce sera plus joli parce que tu projettes des trucs qui n’existent pas !
Faut juste que t’arrêtes de rêver ta vie et que tu te plies à ton temps. C’est peut-être dommage mais c’est sans issue, c’est trop tard, tu es cerné de toute part, je suis partout, je m’faufile ou je veux, je suis là, là-bas, ici, ailleurs, coucou ! Mais c’est pour mieux te posséder mon enfant, tu entends ? Te posséder ! Je te possède ! Mais tu sais, si je te possède c’est juste parce que je t’aime, oui je t’aime… Nan j’déconne je te hais, dégage.

Neo



SuperLibéral2

Bilan des courses, ta vie c’est un kiff à répétition : t’as tout et t’es toujours à la page.  OK d’accord, mais par pitié ne nous arrêtons pas à ta petite vie dont tout le monde se fout cordialement ;), voyons plus large ! Grand ! Immense ! Toujours plus loin !! Oui, tu ne t’en rends peut-être pas compte mais sache que tout ce qui fait ton bonheur est aussi l’occasion du libre échange, de la liberté de marché ou de l’ébullition des énergies créatrices. Autant de belles choses qui fait que tout devient possible, rentable, innovant, accessible. Alors de suite je devance ton interrogation sur l’origine d’un tel débordement d’amour. Qui pourrait bien être assez fou pour être à la tête d’un truc pareil ? Je te le donne en mille… Tout ça c’est grâce à Moi, oui Moi-même ! Nan me remercie pas, continue à consommer pépère et t’encombre pas avec des formules de politesse. En plus, pour être tout à fait honnête, si tu commençais, tu passerais ta vie à me remercier car tout ça n’est que le balbutiement de mon œuvre,  je pourrais t’en parler h24 pendant des siècles. Comme ces magnifiques valeurs que j’insuffle au monde : grâce à moi l’écologie, le respect, la tolérance, l’antiracisme, l’égalité, fleurissent partout, grâce à moi tout le monde se tient la main sur mes réseaux sociaux où j’offre de l’amour, du partage et de la fraternité. Résultat j’ai toutes les excuses et les bons a priori  pour qu’on m’aime. Preuve que j’suis un mec bien, je n’ai aucun opposant, tous les gens m’aiment et ça ne va qu’en s’améliorant, les feuges me kiffent, les cathos m’kiffent, les muslims me kiffent, les terroristes me kiffent, même des ayatollahs de la morale… Oui je suis une belle personne, plus encore que la statue de la liberté ou Martin Luther King. Il est temps de me présenter, je m’appelle Neo, Neo Libéral, j’suis super, super libéral, les gens m’adorent et c’est génial.

Neo



Finkel

A.Finkielkraut 001



Articles récents

SuperLibéral1

Salut m’sieur tout le monde, alors comme ça, parait il qu’on aime la tune, l’oseille, le fric, parait qu’on aime les sacs et les biftons, la maille et le pognon ? Mais c’est qu’t’es un sacré dingue toi ! T’es l’original de première bourre ! Ouaou ! là j’dis « j’suis très impressionné », là j’dis « ça pose son homme ». Oh ca va j’te taquine ! Toute façon qui pourra t’en blâmer hein ? Tu sors complètement pas du tout du lot, ouai et alors ? C’est peut-être aussi que tout ça a un sens, l’amour inconditionnel du blé c’est à peu près normal nan ? J’ai même presqu’envie de dire normé. L’argent ne fait pas le bonheur, mon cul ouais, c’est comme l‘habit et le moine c’est ça ? Evidemment qu’il y contribue carrément. Oui, l’argent t’apporte du bonheur en bloc : qui rechignerait à gagner toujours plus ? Qui râlerait devant une petite rallonge sur salaire en fin de mois, hein ? Qui dirait nan à un ptit truc à grattouiller en sirotant un café au bistrot, des volontaires ? En revanche si j’te propose un p’tit voyage en couple à Bali pour tes noces de riz, la toute dernière tablette pour Noël, une ptite soirée resto entre amis pour tes 30 berges ou une nouvelle mini pour l’arrivée du deuxième, là, tout d’un coup d’un seul, ça répond beaucoup plus présent. Bah oui, voilà, CQFD, que ça vous plaise ou non l’homme a besoin d’un bon train de vie et de toujours plus de choses. Ce, bien sur quelque soit sa situation. T’es plein aux as, t’en as même trop, tu ne sais qu’en faire et t’en veux toujours plus, mais fais toi plais mon gars, on a tout prévu, ya des produits financiers, des subprimes, des comptes en Suisse… Putain mais vas-y lâche-toi ! Surtout fais de la transac ! Toi, t’as pas un rond ? De toi à moi tu crois vraiment que c’est un problème ? T’as à ta disposition en libre service et gratos toute la palette d’emprunts que tu veux, c’est normal, pourquoi ne pas faire profiter tout le monde.

Neo


Mon p’tit troquet – B E T H

Articles plus anciens

Dors bébé – B E T H

Dieu est passé au Grand Journal !

Soyons des Français modernes !

Ma France à moi – Koupac

Smiley de bonne humeur !

l’euthanasie, une mort digne

Le droit du solde

The blog of Nicolas |
Ni OUI ni NON |
elevator |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | freressuricate
| toute une vie
| titinou